logo Africans-Ukraine PNG- Fond transparent

Pétition à l’Union européenne et aux États Schengen

FR | EN | DE | IT | ES | PT | UA

Par solidarité, mettons fin à la souffrance des non-Ukrainiens fuyant la guerre

0
Signatures

   Objectifs :  

  • Personnalités : 10 signatures  
  • Organisations : 20 signatures   
  • Citoyen.nes : 250 signatures

L’Europe fait preuve d’un bel élan de solidarité à l’endroit des Ukrainien.es fuyant la guerre. Malheureusement, cette solidarité ne s’étend pas à toutes les victimes du même conflit. Des centaines d’étudiants d’Afrique et d’Asie ayant fui l’Ukraine demandent désespérément aux pays européens de les autoriser à poursuivre leurs études, car un retour dans leur pays d’origine sans achever leur formation briserait davantage leurs vies. Ils/elles ont besoin de votre soutien.

Lire l'intégralité de la pétition

Pétition à l’Union européenne et aux États Schengen

Par solidarité, mettons fin à la souffrance des non-Ukrainiens fuyant la guerre

La guerre a contraint plus de huit millions d’Ukrainien.nes à l’exil. Des ressortissant.es de pays tiers, étudiant.es pour la plupart, qui résidaient en Ukraine ont aussi été obligés de fuir les bombardements.

L’Europe fait preuve d’un bel élan de solidarité à l’endroit des Ukrainien.es. Mais malheureusement, cette solidarité ne s’étend pas à toutes les victimes du même conflit. Des centaines de personnes originaires d’Afrique et d’Asie sont exclues du statut de «protection temporaire» dans les pays de l’Union européenne (UE) et l’espace Schengen.

La base juridique qui sous-tend ce traitement différencié est la décision du 4 mars 2022 de l’UE octroyant la «protection temporaire» aux réfugiés ukrainien.es. Plusieurs pays liés par les accords Schengen s’en sont inspirés pour élaborer leur politique d’accueil des personnes fuyant le conflit.

Pour bénéficier de la protection, les ressortissant.es d’États tiers doivent justifier d’un titre de séjour valable en Ukraine et démontrer qu’ils ou qu’elles ne peuvent pas retourner dans leur pays de manière sûre et durable. Il est proposé aux personnes qui ne respectent pas ces conditions de demander l’asile qui déboucherait fort probablement sur leur renvoi, étant donné qu’ils ou qu’elles sont étudiant.es et n’ont pas de motif d’asile.

Plus de quatre mois après le déclenchement du conflit, la décision européenne offre une protection aux Ukrainien.nes mais elle exacerbe la souffrance de milliers de ressortissant.es d’États tiers. Ces non-Ukrainien.nes sont traumatisés par la guerre et le rejet de leur demande de protection, qui compromet en particulier la poursuite de la formation des étudiant.es fuyant la guerre.

Selon l’Unesco, l’Ukraine comptait en 2020, environ 61’000 étudiants étrangers. Invisibles dans les chiffres sur la guerre, ces étudiant.es sont par exemple estimés par des associations qui les défendent à un millier en France et à moins de cent en Suisse. En Ukraine, ils/elles étudiaient entre autres la cybercriminalité, l’informatique, la médecine ou la chimie.

Dans un appel à l’aide lancé le 17 juin 2022 en Suisse, dans le cadre de la Journée mondiale des réfugié.es, des étudiant.es de pays tiers expliquent qu’un retour dans leur pays sans achever leur formation briserait davantage leurs vies. Se sentant abandonné.es par les dirigeants du monde et les organisations internationales, ces personnes fuyant l’Ukraine confient désapprendre au jour le jour et que l’incertitude qui entoure leur possibilité d’accéder aux études les ronge. Ils/elles demandent à l’Europe de leur accorder une chance d’achever leur formation entamée en Ukraine.

Notre solidarité et notre aide aux personnes fuyant la guerre en Ukraine ne doivent pas dépendre de la nationalité des victimes. Nous, peuples d’Europe, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et du monde, appelons la Commission européenne, le Parlement européen, le Conseil européen et les gouvernements de chaque État de l’espace Schengen, le Conseil fédéral suisse compris, à:

  • élargir la protection temporaire à l’ensemble des réfugiés fuyant l’Ukraine quelle que soit leur nationalité
  • mettre en place en urgence un dispositif ad hoc à l’échelle européenne permettant aux étudiant.es d’États tiers de poursuivre leur formation dans les universités et hautes écoles d’Europe
  • délivrer, à défaut, des permis d’étudiant facilités avant la rentrée académique 2022-2023 aux ressortissants d’États tiers pour leur permettre de poursuivre leur formation dans les universités et hautes écoles d’Europe pour la durée de la guerre

En accédant à ces demandes, l’Europe marquera positivement l’histoire en mettant fin à la détresse des ressortissant.es d’États tiers affecté.es par la guerre sur son territoire. Elle contribuerait aussi à écrire une page plus glorieuse des relations Nord-Sud.

Notre solidarité et notre aide aux personnes fuyant la guerre en Ukraine ne doivent pas dépendre de la nationalité des victimes. Nous, peuples d’Europe, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et du monde, appelons la Commission européenne, le Parlement européen, le Conseil européen et les gouvernements de chaque État de l’espace Schengen, le Conseil fédéral suisse compris, à:

 

Les citoyens du monde qui nous soutiennent :

0
Suisse
0
France
0
Belgique
0
Espagne
0
Italie
0
Portugal
0
Allemagne
0
Canada
0
Afrique

Les personnalités qui soutiennent notre pétition :

Nationalrat Christophe Clivaz, GP-VS, portraitiert am Montag, 9. Dezember 2019 in Bern. (Parlamentsdienste/Alessandro della Valle)

Christophe Clivaz

Christophe Clivaz est un politicien suisse des Verts. Il siège au Parlement en tant que membre du Conseil national.

Lizza Mazonne DR site web

Lisa Mazzone

Personnalité politique suisse, membre du parti écologiste, Les verts. Elle est députée du canton de Genève au Conseil national de 2015 à 2019, puis au Conseil des États.

Boubacar_Diop_IMG_2389

Boubacar Boris Diop

Écrivain et intellectuel sénégalais. En 2000, il reçoit le Grand prix littéraire d'Afrique noire pour l'ensemble de son œuvre.

Par Photograph by Rama, Wikimedia Commons,

Cc-by-sa-2.0-fr, CC BY-SA 2.0 fr,

photo_2022-07-11_18-29-25

Estelle Borel

Artiste professionnelle diplômée de la FLIC, scuola di circo di Torino (IT). Estelle co-fondera la Cie Cirqu’en Choc en 2009 et en est depuis la directrice artistique. Artiste très engagée et créative, elle aime la proximité avec le public

Photo : Jeelle Anzevui

photo_2022-07-18_08-46-06

Pierre-André THIEBAUD

Auteur, réalisateur et producteur en Suisse. Il dirige depuis 1990 la société de production PCT cinéma.

029 - copie 3

Isabelle Chevalley

Dr ès Sciences, spécialiste en économie circulaire, députée à l'assemblée nationale suisse de 2011 à 2021, visite depuis 30 ans l'Afrique avec de nombreux projets.

PierreBuehler_5

Pierre Bühler

Pierre Bühler, professeur émérite des Universités de Neuchâtel et de Zurich. Théologien et éthicien dans le domaine de la migration et de l'asile.

noemimichel_m

Noemi Michel

Chercheure enseignante, travailleuse culturelle et activiste dans le champs des pensées critiques noires.

Photo Etonam 24h- @Patrick Martin

Etonam Ahianyo

Etonam Ahianyo est journaliste et acteur de changement. Il coordonne Save African-Ukraine, un projet de l’association suisse «Causes Oubliées», qui vient en aide aux Africain.es et autres ressortissant.es non ukrainien.nes fuyant la guerre et défend leurs intérêts partout en Europe.

Les organisations suivantes nous soutiennent :

Europe

1- Causes Oubliées, Suisse

2- Droit de Rester Neuchâtel, Suisse

3- Solidarité sans frontières, Suisse

4- Society Moko, Suisse

5- Centre Suisses-Immigrés Valais (CSI VS), Suisse

6- Apprentissages sans frontières, Suisse

7- CRAN-Observatoire du racisme anti-Noir en Suisse

8- Collectif Afro-Swiss, Suisse

9- Solidaires étudiant-e-s, France

10- Association Projet Nauyaca, Suisse

11- REPER, Suisse

12- Société Suisse d’ Espéranto, Suisse

13- Collectif Afroféminist Amani, Suisse

14- ARRiVATi, Allemagne

15- Africans From Ukraine, Allemagne

16- africanlivesmatter, Irlande du Nord

17- Choosehumanity, Suisse

18- CEDETIM Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale, France

19- Réseau syndical international de solidarité et de luttes, France

Afrique

1- DIARISSO, Sénégal

2- Patronat de la Presse Togolaise, Togo

3-  Institut des Médias pour la Démocratie et les Droits de l’Homme (IM2DH), Togo

4- African Regional Organisation of the International Trade Union Confederation(ITUC-Africa), Togo

Amérique et reste du monde

Save Africans-Ukraine est un projet de l’association suisse «Causes Oubliées», qui vient en aide aux Africain.es et autres non-Ukrainien.nes fuyant la guerre et défend leurs intérêts partout en Europe.

CONTACT

«Causes Oubliées/Forgotten Causes»

C/o Espace Création,

Rue de la Dixence 10

1950 Sion

Tél :+41 78 243 09 10

saveafricans.ukraine@gmail.com

SUPPORTER NOTRE CAUSE

CH94 8080 8001 6528 02461

Causes Oubliées/Forgotten Causes

EN FR
Signer la pétition